Cash investigation : Les fruits et légumes perdent leurs nutriments

Cash investigation : Les fruits et légumes perdent leurs nutriments

Cash investigation : les fruits et légumes perdent leurs nutriments

Dans une enquête de Cash Investigation diffusée le 18/06/2019 les journalistes de l’émission nous apportent de nombreuses informations sur les fruits et légumes industriels. En effet, les études présentées dans l’émission de France 2 nous expliquent que les fruits et légumes produits et vendus en grande quantité de vitamines, mais aussi de nutriments essentiels. Certains fruits et légumes perdent même leurs antioxydants qui réduisent les risques de cancer et autres maladies cardiovasculaires. Ainsi, manger 5 fruits et légumes par jours reste utile, mais consommer les vôtres se révèle être beaucoup plus efficace.

tomates produites en hors-sol : moins bonne qu'en pleine terre

Cash Investigation est allée au coeur des serres de plantations hors-sol de tomates au beau milieu de la Bretagne. En effet, on aurait pu s’attendre à de grands champs de production dans le sud de la France ou encore en Espagne. Cependant, le plus grand producteur de France est Breton et comme ce dernier le dit si bien, il peut fournir le pays de mars à octobre. Tout cela est possible grâce à la production des tomates dans de grandes serres chauffées. Bien loin des techniques de permaculture que nous apprenons ici, la technique du hors-sol évite les principes de permaculture.

Tout d’abord, les tomates sont plantées dans des matières spongieuses qui sont nourries par tuyaux. Ces derniers sont “censés” apporter tous les nutriments nécessaires à la production des tomates. Cette technique non-naturelle n’utilise pas la richesse naturelle et très large des sols. Avec ceci on peut aussi rajouter le problème du paillage et des nutriments que ce dernier n’apporte pas au sol avec ce type de production.

Le but de la production hors-sol est essentiellement de gagner en productivité, mais également en économie de coûts pour les entreprises. En effet, le hors-sol permet d’une part d’éviter de perdre du temps dans le désherbage et ajouter à cela un arrosage très simplifié. D’autre part, la production de ces plants de tomates est absolument hallucinante avec des lianes parfois longues de 10 mètres ou plus permettant d’offrir une grande production.

Tomates en pleine terre : de grandes différences nutritionnelles

Au coeur de l’enquête de Cash Investigation, leur équipe nous emmène voir un producteur de tomates sous serres, mais cette fois en pleine terre. Ce dernier utilise des techniques de permaculture comme le fameux paillage très épais qui maintient l’humidité et créer de la matière organique très riche en nutriments. C’est ainsi qu’en comparant ses tomates avec celles des producteurs en hors-sol, nous obtenons des résultats tout à fait étonnant. La contenance en nutriments essentiels, en vitamines ou encore en antioxydants comme le lycopène est entre 50% à 70% supérieure dans les tomates produites en pleine terre. 

En effet, même si les tomates élevées hors sol sont sensées être nourries de tous les nutriments nécessaires, on observe que le compte n’y est pas. Cela peut paraître évident que les tomates industrielles sont moins bonnes pour la santé que les tomates plantées en pleine terre. Cependant, en plus des nutriments, le goût est aussi bien différent. Dans le documentaire diffusé ce mardi , les journalistes citent également une étude qui démontre que plus la tomate et bonne de goût plus elle risque d’avoir des nutriments et minéraux. Il ne faut plus attendre pour faire pousser ses tomates en pleine terre car vous profiterez d’une part du goût mais aussi des bons nutriments.

Les graines hybrides et ses inconvénients

L’enquête de Cash Investigation sur les fruits et légumes nous révèle aussi certaines choses sur les semences qui sont vendues aux agriculteurs. En effet, la plupart des graines vendues sont des espèces hybrides. Il ne s’agit pas d’OGM mais cela résulte du croisement de différentes espèces afin d’obtenir les avantages de chacune de ces espèces. C’est ainsi que des chercheurs ont réussi à créer des tomates qui peuvent rester deux à trois semaines en bon état après avoir été cueillies. Ces hybrides ont donc été très largement plébiscitées car elles ont permis de démultiplier l’exportation des tomates. En effet, pour une tomate paysanne classique, nous pouvons voir qu’au bout de 4 à 6 jours la tomate devient invendables du fait de son aspect dans les étals de supermarchés. 

Le problème, aujourd’hui, est que les graines hybrides sont dans de nombreux cas des tomates n’ayant pas la même saveur. Pour certaines, le goût en devient même inexistant. Cependant, l’aspect commercial est uniquement mis en avant. Par conséquent, nous nous retrouvons avec des tomates uniformisées et belles. Elles sont bien rondes et rouges et presque toute de la même taille pour respecter les calibres qui sont demandés. Nous comprenons alors beaucoup mieux pourquoi les tomates de supermarchés paraissent toutes être les mêmes.

Enfin, l’aspect le plus grave selon nous en tant que jardinier en permaculture, les graines hybrides ne sont pas démultipliables. En effet, le croisement d’espèces et ces modifications faites empêchent les tomates de donner des graines qui sont replantables. Le marché des semences est alors devenu un marché extrêmement florissant. Si bien qu’au kilo certaines graines dépassent la valeur de l’or. Ces graines hybrides poussent les agriculteurs à dépenser des dizaines voire des centaines de milliers d’euros pour pouvoir continuer de vivre. Sans oublier que ces graines donnant des variétés beaucoup moins bonnes, le patrimoine naturel et sa diversité disparaît peu à peu. Aujourd’hui les chiffres fluctuent mais on estime que seulement 2% à 4% des graines ne sont pas des graines hybrides et donc démultipliables. 

Le gouvernement français a d’ailleurs interdit les graines non-hybride, certainement pour soutenir cette économie faite sur un patrimoine naturel. Cependant, de nombreux organismes continuent de se battre et de revendre ces graines et ils prennent de gros risques en favorisant le partage de ce patrimoine. C’est le cas de Kokopelli qui à ce jour a de nombreux problèmes avec la justice alors qu’ils ne font que proposer des graines biologiques provenant de la nature. Avoir de telle graines vous permettent de ne jamais avoir à repayer des graines car chaque année vous pouvez en obtenir de nouvelles. De plus, vous pouvez en donner et faire profiter vos proches et amis jardiniers ou encore une communauté de jardiniers que vous pourrez retrouver sur Facebook par exemple. Enfin, vous obtiendrez des tomates plus naturels, meilleures en goût et aussi meilleures pour votre santé.

Soyez subversif !

Finalement, il faudra se battre pour faire valoir notre envie de manger des choses saines et naturels. Nous n’allons pas vous répéter les mêmes conseils classiques qui vous expliquent qu’il faut consommer local ou bio et parfois les deux. Le mieux est de faire vous-même. Avec un jardin en permaculture vous pouvez vous offrir une production toute l’année et tout cela en améliorant la biodiversité de votre terre. La permaculture vous permet de faire ce que le Cash Investigation sur les fruits et légumes conseille, manger des produits qui sont bons de goût mais aussi pour le corps. 

Si vous souhaitez vous lancer, n’hésitez pas à consulter nos différents conseils et même à nous contacter. Nous vous aiderons à améliorer votre potager pour qu’il soit productif sans vous demander un temps trop précieux. Si vous cherchez l’autosuffisance alimentaire, la permaculture est enfin l’un des meilleurs moyens d’atteindre ce but.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *